ambleteuse12

[...] avec nos propres mots, nous n'arrivons jamais qu'à errer aux alentours de l'inexprimable [...]p73

[...] cette terrible impression de fragilité correspond à la réalité - pure et nue. Cette nudité est irrémédiable. Elle reste en arrière, en ce lieu brut et sans voix qui existe au-delà des rêves inarticulés de la vie quotidienne, où on ne peut demander à se rendre mais seulement être emmené. [...]p84